[TIG] Bataille de Narvik

  • Training sur BF2042 tous les vendredi jusqu'au Vendredi 24 Juin compris.

    Les trainings du Mercredi n'ont plus lieu avant Octobre exceptionnelemnt.

    Training sur CoD2 Vendredi 10 Juin. Célébration du D-Day.

    Periode estivale du 25 Juin au 8 Septembre. Donc aucun training et aucune activité pendant cette periode .

    Rentrée le Vendredi 09 Septembre 2022 à 20h45.

Ex Maler 18 01 18

Quartier-maître de seconde classe
18 Janvier 2018
149
1
2 221
21
La bataille de Narvik qui est une ville de norvège de 2200 km², a lieu durant la campagne de norvège et aussi la première victoire alliée dans la région de Narvik.

Cette bataille a lieu en deux temps, le premier temps une bataille navale du 10 et 13 avril 1940 et le deuxième temps la bataille terrestre qui dure du 9 mai 1940 au 8 juin 1940.

L'allemagne nazis a envahis la norvège seulement car il exportent du fer, justement grace au port de Narvik car c'était le seul praticable en hiver a cause des glace du nord.

La Première Bataille navale du 10 Avril 1940:
Les 5 Destroyer Britannique envoyée pour reprendre le port de Narvik a du faire face seulement a 3 Destroyer Allemends, les allemends perdit 2 destroyer, 4 autre bâtiment touchée, et 6 cargo coulée durant la retraite allemande.

La Seconde Bataille navale du 13 Avril 1940:
Principalement la Royal Navy arrivent dans le port de Narvik avec 9 destroyers et des avions torpilleur décollant du HMS Furious. Cette Flotte est devancée par un avion de reconnaissance qui profitas de ca reco pour couler un U-64 ancré a Bjerkvik. Les force allemande était a court de Munitions, Carburant et le temps que les navires de la Royal Navy arrivent a proximités pour abordée tous les homme avais sauté par dessus bord, a 18H30 la royal navy quitta le port après avoir nettoyée toute présence de la Kriegsmarine.

Le 22 Mai vers 23h30 des officiers mariniers partent en reconnaissance au large de Narvik arrivée a peux près non loin de l'entrée du port de Narvik un 77 montée sur un wagon-plateau transpercent la cabine sans explosée, Le Cpt. Amilakvari qui a repéré l'objectif donne l'ordre de tir et en quel que minutes le 77 montée explosent

Le débarquement a la côte le 26 Mai:
La 3ieme Compagnie débarquent, commandée par le Cpt. Gilbert arrive au niveau de la ligne de soutien de la légion française, alors le Cpt. envois une fusée pour signaler le cessée au feu, une fois cela l'assaut reprend rapidement de ça vigueur. Les défenseur allemands surpris par la rapidité et l'inefficacité des défence ce replis.

La 2ieme Compagnie entament sont débarquement. Malgré les précautions prises par les légionnaires, un tir allemand, efficace et ajusté, est exécuté, par une pièce de 77 en batterie, sur la voie ferrée, dans la région du tunnel Djupviken. Le capitaine Guillemain et trois légionnaires sont tués ; plusieurs blessés graves jonchent la plage. Les barcasses blindées viennent se mettre à l’abri de la pointe de Toftmoen et l’embarquement du groupement Bouchet se termine sans autre incident. Aussitôt débarquée, la 2e compagnie se porte, de part et d’autre du tunnel d’Orneset. Sous l’impulsion du capitaine de Guittaut, ancien chef de groupe franc de la campagne 1914-1918, du lieutenant Vadot, déjà blessé au combat de Bjerkvik, les légionnaires escaladent les pentes escarpées du Taraldsvik. Le groupement Bouchet, qui colmate le dispositif entre la 2e et la 3e compagnie, face à Narvik, est soumis à des feux nourris. Dès son débarquement, le canon de 25 mm est traîné par ses servants à hauteur de la voie ferrée et aussitôt mis en batterie devant l’entrée du tunnel. Quelques coups bien ajustés obligent la garnison du tunnel, comprenant deux sous-officiers et huit marins allemands, à se rendre. La lutte continue plus âpre, l’ennemi étant remis de sa surprise.
Le commandant Paris après avoir apprécié les résultats obtenus par la Légion, il redescend vers la plage pour rejoindre le quartier général. À ce moment, une violente rafale de mitrailleuses provenant des crêtes dominant le tunnel, balaye le terrain conquis par les légionnaires. Le commandant Paris reçoit une balle en pleine tête. Il est tué. Une contre-attaque, menée avec vigueur par deux compagnies, tombe sur les éléments du premier échelon. La lutte est dure. Les Allemands attaquent à la grenade et aux pistolets-mitrailleurs. Le capitaine de Guittaut, le lieutenant Garoux sont mortellement blessés. Privée de ses chefs, la 2e compagnie se replie légèrement. La section du lieutenant Jouandon, menacée sur trois côtés, tient bon et arrive à freiner la poussée ennemie. Le légionnaire Melis, au cri de « En avant la Légion », entraîne quelques voltigeurs. Les Norvégiens suivent. L’ennemi se replie en abandonnant ses morts. La fusillade reprend par intermittence. La situation reste confuse. Le chef de bataillon Boyer-Resses charge son officier adjoint d’aller examiner la position des éléments de l’échelon, de réorganiser le commandement des unités. Trois groupements, Bouchet, Burtin et Vadot, sont formés sur place en fonction du dispositif des sections.

Le bataillon est très éprouvé, tant par les pertes que par la fatigue due aux efforts incessants que la troupe a dû fournir pour progresser dans ce terrain chaotique. L’occupation et le nettoyage de Narvik sont effectués par le 2/13e DBMLE. L’ennemi, poursuivi par le 1er bataillon sur la voie ferrée de Narvik à Luleå, bat en retraite jusqu’à la station de Sildvik.

Malgré la prise de Narvik, le commandement allié, conscient de la difficulté de poursuivre l’opération aussi loin des bases britanniques, sans aérodromes, et face à la situation des armées en France, décide l’évacuation du corps expéditionnaire. Celle-ci, sous le nom d'opération Alphabet fut terminée le 8 juin. La Brigade franco-polonaise débarqua du "duchess of York" à Brest le 15 juin.

Les Allemands reprennent alors Narvik le 9 juin 1940 et y resteront jusqu'à la fin de la guerre.

Source Wikipédia