1. Note du 19/05 :
    Section COD : MAJ 26 Go
    Rejeter la notice

Opération TORCH

Discussion dans 'Histoire sur la deuxième guerre mondiale' créé par Roelandt, 17 Avril 2020.

  1. Roelandt

    Roelandt Quartier-maître de première classe Quartier-maître de Première classe TROOP 1 Chef Graphiste Opérateur technique Instructeur Spé Tireur de précision

    Points:
    2 592
    Site web:
    Opération TORCH
    L’invasion de l’Afrique du Nord, un tournant dans la seconde guerre mondiale

    [​IMG]


    INTRODUCTION

    1942 est une année noire pour les alliés, rien ne semble pouvoir arrêter Hitler. Mais le 8 novembre, un débarquement anglo-américain en Afrique du Nord, va marquer le premier revers stratégique majeur de l’Allemagne hitlérienne. Sous le commandement du général Eisenhower, 350 bâtiments, 500 navires de transports et plus de 107 000 hommes s’approchent à l’aube des côtes d’Algérie. Les forces américaines débarquaient à Casablanca, Safi, Fédala et Mehdia pendant que des troupes anglo-américaines dont le N°6 Commando débarquaient à Oran et Alger. L’objectif était de se saisir des ports et aéroports stratégiques d’algérie. C'est l'opération «Torch».

    [​IMG]

    Dans ce département français, sous le contrôle de Vichy, les alliés ne sont pas attendus en libérateurs. L’Opération Torch n’aurait jamais pu réussir sans le coup de force, spectaculaire, mené à Alger par une poignée de jeunes résistants.

    Dans la nuit, 400 jeunes hommes armés de vieux fusils ont réussi à s’emparer des points stratégiques de la ville, à tenir en respect plus de 12 000 soldats de Vichy stationné à Alger et ainsi, à ouvrir la voie aux alliés.

    Déroulement de l’opération et conséquences

    Les troupes alliés, parties de leurs bases de Gibraltar, débarqueront dans une Afrique du Nord entièrement entre les mains de Vichy. Ce débarquement a permis d’envisager l’ouverture d’un second front  au sud de la machine de guerre nazie dans une Europe entièrement entre les mains d’Hitler et de ses alliés.

    Cette opération a contribué au succès de la contre-offensive victorieuse contre les troupes de Rommel en Égypte à partir de la fin 1942. Elle a préparé les débarquements en Sicile de juillet 1943 puis dans le sud de l’Italie et en Corse en septembre 1943.

    Ce débarquement s’est fait au travers de violents combats, à Oran et au Maroc, ayant entraîné des milliers de morts. Face à eux, les Alliés se sont heurtés à une résistance d’environ 100 000 troupes vichystes qui avaient reçu de Vichy l’ordre impératif de résister aux Alliés.

    Dans la nuit précédant le débarquement,à Alger, une opération audacieuse menée par de jeunes patriotes a permis la neutralisation, de l’essentiel du dispositif militaire vichyste, le mettant ainsi dans l’incapacité de résister efficacement aux troupes alliées. Une poignée de 400 jeunes résistants algérois a ainsi tenu la ville sous son contrôle pendant l’essentiel de cette nuit.

    Au petit matin, les troupes de Vichy ont pu difficilement reprendre le contrôle de la situation, mais les premiers régiments américains avaient déjà débarqué dans le port et la ville était, à la fin de la journée, sous contrôle allié, pratiquement sans effusion de sang.

    Le général Juin, futur Maréchal de France et l’Amiral Darlan, plus hauts responsables vichystes, présent par hasard à Alger, ordonnent aux troupes françaises de résister à l'envahisseur. C'est ainsi qu'à leur arrivée à Casablanca comme à Oran et Alger, les troupes alliées se heurtent contre toute attente à une furieuse résistance des troupes françaises. Malgré cela, Juin et Darlan se virent contraints de faire cesser à Alger toute résistance militaire au débarquement allié et, quelques jours plus tard, de donner l’ordre de faire de même à Oran et Casablanca, au terme de combats aussi sanglants qu’inutiles.

    Cette bataille a coûté la vie à 1.346 Français et 479 Alliés

    Tandis que les autorités vichyssoises locales s'empressent de remettre la Tunisie aux mains des troupes allemandes, l’essentiel de l’Afrique du Nord échappait ainsi au contrôle indirect du nazisme.

    Le maître d’œuvre de cette opération était un étudiant de vingt-deux ans, José Aboulker.

    Les résistants patriotes du 8 novembre eurent du mérite car, dès le lendemain des combats en Algérie et au Maroc, les « libérateurs » américains s’empressaient d’adouber Darlan, le « dauphin » de Pétain, puis, après son assassinat, le général Giraud, comme les commandants en chef militaires et politiques de l’Afrique du Nord libérée.

    La législation de Vichy fut maintenue, y compris les lois antisémites. Les communistes et les républicains espagnols réfugiés en Algérie furent maintenus dans les camps de déportés où ils avaient été enfermés. Un certain nombre des patriotes du 8 novembre les y rejoignirent, jugés trop indépendants.

    De Gaulle fut tenu à l’écart de ces premières terres « françaises » libérées. Il faudra attendre la fin de l’ère Giraud pour que ce « vichysme sans Vichy » prenne fin, à l’été 1943.


    José Aboulker

    José Aboulker, issu d’une famille juive algéroise de gauche, fut l’organisateur en chef de l’action du 7-8 novembre 1942. C’est vers lui que convergeaient toutes les ébauches d’organisation visant à faciliter le débarquement. C’est essentiellement lui qui organisa l’arrestation des responsables civils et militaires d’Alger.

    Par la suite, il fut parachuté en France occupée pour organiser le service de santé du maquis.Éminent neurochirurgien, il fut un militant infatigable de la cause de l’émancipation des peuples. Il fut président de l’Association médicale franco-palestinienne, devenue l’Association France-Palestine Solidarité.

    José Aboulker est décédé le 17 novembre 2009.

    Réaction de l’Axe

    Hitler réagit à l'invasion de l'Afrique du Nord par l'occupation de la «zone libre», en France, en violation des accords d'armistice du 22 juin 1940 avec le maréchal Pétain. C'est l'opération Attila.

    La flotte française en rade à Toulon se saborde le 27 novembre sur ordre de l'amiral Jean de Laborde, pour échapper aux Allemands sans avoir à se livrer aux Anglais ! Les Allemands et leurs alliés Italiens occupent d'autre part la Tunisie, protectorat français revendiqué par l'Italie.

    Dans le même temps, dans le désert libyen, à el-Alamein, le général Montgomery repousse l'Afrika Korps de Rommel. Pris en tenaille, les Allemands et les Italiens n'ont pas d'autre issue que de se retrancher sur Bizerte, en Tunisie, d'où ils regagneront l'Europe en mai 1943.

    En janvier 1943, Roosevelt et Churchill se retrouvent à Casablanca pour une conférence où ils préparent la libération complète de l'Afrique du Nord et l'invasion de la Sicile.

    [​IMG]
     
    • Coup de coeur Coup de coeur x 1
    • J'aime J'aime x 1